2023 : 1800 projets innovants et des impulsions notables pour la place scientifique suisse

© CC BY-NC-ND / Alexander Nikolas Walzer, Fabienne Meier

De la pollution par l’azote au harcèlement moral en milieu scolaire : en 2023, le FNS a investi 961 millions de francs dans l’encouragement ordinaire, et consacré 235 millions additionnels aux mesures transitoires Horizon Europe.

L’excès d’azote pollue l’eau et l’air. Dans quelle mesure l’utilisation du plantain, une plante indigène, permet-elle de réduire les émissions d’azote au niveau des surfaces agricoles ? C’est la question à laquelle s’efforce de répondre un projet de recherche financé par le FNS depuis 2023. Un autre projet s’intéresse aux effets d’un nouveau type d’irradiation des cellules cancéreuses, plus précise. Enfin, des chercheuses et chercheurs de diverses disciplines entendent élaborer des mesures contre le harcèlement moral et les troubles psychologiques en milieu scolaire.

Ce sont là trois des 1800 nouveaux projets de recherche auxquels le FNS a alloué des subsides en 2023. Il a aussi validé le financement de 347 bourses d’études à l’étranger. « Ces trois exemples concrets illustrent la grande diversité des activités de recherche soutenues », déclare Matthias Egger, président du Conseil de la recherche. « Nous organisons des concours pour sélectionner et financer les projets les plus prometteurs et innovants. Ainsi, nous contribuons de manière décisive à garantir l’excellence de la place scientifique suisse. »

961 millions investis dans le cadre de l’encouragement ordinaire

Quelle enveloppe le FNS a-t-il consacré l’année dernière au financement des projets sélectionnés ? 961 millions de francs ont été investis dans des mesures d’encouragement ordinaires. Sur mandat fédéral, le FNS a par ailleurs alloué 235 millions additionnels à des mesures transitoires exceptionnelles, liées au fait que la Suisse n’avait toujours pas, en 2023, le statut de pays associé au programme-cadre de l’UE dédié à la recherche et à l’innovation, « Horizon Europe ».

Les hautes écoles et autres institutions de rattachement des chercheuses et chercheurs soutenus par le FNS perçoivent en outre de sa part 130 millions de francs pour les frais de recherche indirects occasionnés au cours de la durée des nouveaux projets. Il s’agit par exemple des coûts liés aux postes de travail ou aux services centraux.

Le FNS n’a cependant cette année encore pas été en mesure, loin s’en faut, d’honorer tous les projets qui auraient mérité d’être financés de par leur qualité et leur importance. En effet, la demande en subsides a augmenté plus fortement que le budget d’encouragement disponible. « Nous sommes sans cesse contraints de ne pas donner suite à des idées pourtant très pertinentes, déplore Matthias Egger, et de priver ainsi la Suisse de bases d’innovation potentielles. »

5500 projets en cours

Fin 2023, 5500 projets de recherche soutenus par le FNS étaient en cours de réalisation. La plupart s’étalent sur plusieurs années. Les divers projets ont fait intervenir 21 000 chercheuses et chercheurs de hautes écoles et d’autres institutions, dont 39,7% de femmes . Parmi ces projets, 32,9% étaient dirigés par des chercheuses, soit une hausse de 1,2 point de pourcentage par rapport à 2022.

Impulsions en faveur de la recherche

La recherche et le contexte où elle s’inscrit sont en constante évolution. Parallèlement à l’évaluation et au financement de projets, le FNS a mené une multitude d’autres activités en 2023. Il a dynamisé la recherche en favorisant la variété des thèmes investigués, les contacts de réseau au niveau national et international et la visibilité auprès du public (cf. exemples dans l’encart ci-après).

Le rapport annuel 2023 contient de plus amples informations. Les chiffres clés et données détaillés sur l’ensemble des projets financés sont disponibles sur le portail de données du FNS.

Quelques temps forts de l'année 2023

  • Conférence sur la recherche sur le coronavirus : en mars 2023, des chercheuses et chercheurs de l’appel spécial du FNS relatif aux coronavirus et du programme national de recherche « Covid-19 » (PNR 78) se sont réunis pour faire le point. Les équipes de recherche participant à cette conférence ont révélé une connaissance approfondie qui s’avérera utile pour la gestion de futures crises.
  • Coopération internationale : en 2023, le FNS a poursuivi son travail de renforcement de la coopération internationale, si essentielle à la recherche suisse. Il a intensifié les partenariats avec des organisations d’encouragement américaines et canadiennes, par exemple.
  • Start-ups : conformément aux résultats d’une étude publiée à l’été 2023, le FNS et Innosuisse favorisent, par leur soutien, la création de start-ups. Les start-ups issues d’établissements scientifiques en particulier transforment rapidement les acquis de la recherche en innovations.
  • Programmes nationaux de recherche : fin 2023, le FNS a mis au concours quatre nouveaux Programmes nationaux de recherche (PNR) autour des thématiques « Culture du bâti », « Biodiversité et services écosystémiques », « Médecine, santé et genre » et « Innovation en sélection végétale ».
  • Pôles de recherche nationaux : une sixième série de pôles de recherche nationaux (PRN) a été lancée. Elle s’adresse aux chercheuses et chercheurs en Suisse qui souhaitent réaliser des projets de recherche à long terme sur des thèmes d’importance stratégique.
  • Statuts : en 2023, le Conseil fédéral a approuvé les nouveaux statuts du FNS. A compter de 2024, l’organisation sera ainsi dotée d’une structure moderne et flexible qui lui permettra de mener à bien sa mission avec professionnalisme et de relever les défis à venir avec souplesse.

Les photos proviennent du Concours FNS d’images scientifiques.